Port aux Bois de Montbarrey


Un port aux bois en bord de Loue, Montbarrey (39)

 

Un port au bois est le lieu où on assemble les radeaux, il doit permettre une mise à l’eau aisée. La construction des radeaux de mariniers ne nécessite pas d’infrastructures élaborées. On utilise une simple prairie au bord de la rivière, ou un ancien lit, d’un accès facile pour approcher les longs bois résineux et les stocker dans l’attente de l’assemblage du radeau.
 



 

Ces bois sont marqués à chaque extrémité afin d’identifier les propriétaires. Les ouvriers (mariniers à l’état civil) approchent 7 à 11 longs bois et composent le radeau en fonction de la flottabilité des différentes pièces. Ils rendent l’ensemble solidaire par des liens de bois torsadés (les riôttes) renforcés par de grands crampons et clameaux métalliques puis ils les équipent de plusieurs gouvernails à l’avant et à l’arrière. Au moment où les eaux sont suffisamment hautes pour êtres « marchandes », 4 à 5 hommes d’équipage pourvus de « arpis », longues perches ferrées, embarquent sous la conduite d’un « patron » de flottage pour la ‘decise’, le voyage vers l’aval, sans oublier d’emmener à bord un tonnelet de vin du jura. 
 

 

 

En ces lieux, l’ancien cadastre de Montbarrey (39) port la mention « Marais au port ». Le port fut aménagé en 1848. Sa situation, près de la foret de Chaux, permettait aux mariniers de compléter les radeaux de sapins assemblés plus en amont à Cramans(39) et Chamblay(39), par des chênes de la forêt. 
 
 

 
En 1842, à Montbarrey, le premier pont suspendu remplace le bac trop souvent endommagé par le passage des radeaux.